Christophe Maout 

Sans titre , Le Printemps 

Sans titre

À propos de l'artiste

Christophe Maout vit et travaille à Paris. Parallèlement à ses collaborations avec des titres de presse, (Libération, Le Monde, Télérama), le photographe développe au cours des dernières années un corpus autour de la ville. Homelux (2006) explore les zones périphériques de la ville, renouvelant le regard que l’on porte – ou ne porte plus – à ces « monuments » que sont les grandes tours du périphérique parisien. Ce sont les grands ensembles également qu'il met en scène dans Le Printemps (2005), en choisissant une perspective inhabituelle, celle de la nature qui l'entoure : du parterre de fleurs à la branche de cerisiers.  La série Totems (2009), une collection de poteaux électriques devenus colonnes végétales aux formes quasi-anthropomorphiques, poursuit cette quête d'un espace urbain "re-poétisé".

Rencontre

Dans Homelux, les grandes tours, carcasses de béton percées de trouées de lumière, perdent leur caractère imposant et acquièrent - ainsi photographiées de nuit et d’un point de vue inaccessible au passant - une sorte de légèreté que l’on ne leur soupçonnait pas. Pouvez-vous décrire votre processus de prise de vue ?
L’architecture oriente le regard qu’on porte sur notre environnement, en se plaçant à hauteur de fleur ou en montant dans les tours, on n’opère pas qu’un simple changement de point de vue sur l’ordinaire, on le met en scène et le transforme. Il me fallait donc trouver un habitant des tours voisines qui accepte de m’ouvrir une fenêtre de son appartement ou me donne accès au toit de son immeuble. Comme je photographiais la nuit, dans des quartiers parfois assez chauds, les délais pour obtenir ces autorisations ont été très longs. Depuis un point élevé les tours ne sont plus écrasantes ni impersonnelles, leur contexte social est restitué, les intérieurs apparaissent, la vie surgit de la masse inerte.

Dans Le Printemps, de même, le point de vue s’inverse. Ce qui se voit habituellement comme un décorum très secondaire passe au premier plan. Comment avez-vous choisi les correspondances entre le végétal et l’architecture ?
Je suis toujours parti de l’architecture, en m’intéressant à des bâtiments qui ont un potentiel plastique après avoir été jeté dans le flou de la photographie. La nature n’est jamais loin, l’« espace vert» est une invention propre à ce type architectural, sa fonction est d’y rendre la vie acceptable ou, à tout le moins, possible, leurs liens sont donc indissociables. D’ailleurs en discutant avec un botaniste, j’ai appris que certaines plantes mises en relation avec des immeubles que j’avais photographié avaient été conçues dans la même période que ces architectures.

Il est souvent difficile de savoir regarder autrement ce que l’on ne regarde même plus. Le choix de photographier Paris, votre ville, et la familiarité que vous entretenez avec votre sujet est-elle un facteur stimulant pour vous en tant que photographe ? Quel promeneur êtes-vous dans Paris ?
Je ne cherche pas, comme le ferait un photo-journaliste, le « grand sujet », qui s’impose par sa force, son évidence ou sa nécessité à être traité. 
Je suis intéressé, au contraire, par des choses transparentes, mon travail tourne autour de l’idée de défamiliarisation, de porter l’attention sur ce que l’habitude a recouvert.
Il est commun de dire que Paris est une ville inphotographiable parce que trop photographiée, cela pose le problème du sujet, de son intérêt et de la puissance documentaire à laquelle la photographie ne peut échapper.
On m’a proposé de faire le printemps à Tokyo et à New York, mais cela n'apporterait rien à cette idée de transformation, sinon un divertissement avec lequel je ne travaille pas. Si je devais m’intéresser à ces villes, ce serait pour des raisons historiques, politiques ou sociales.
Je parcours lors de mes repérages des agencements particuliers faits de types architecturaux et d’organisations urbaines qu’on trouve dans toutes les villes occidentales. C’est à la fois assez précis et suffisamment indéfinissable pour que je me laisse surprendre ; et ce saisissement, qui échappe à toute planification, est l’objet de ma recherche.

Édition limitée, numérotée et signée par l’artiste.

Expositions et prix

Le Printemps, Artligue, Paris, France, Mars/Mai 2013
Terra Cognita, Photofestival, Groningue, Pays-Bas, Septembre/Octobre 2012
Tbilisi Photo Festival, Tbilisi, Géorgie, Juin 2012
Printemps et Homelux, Artligue, Paris, France, 2012
Le Printemps, Danziger Project Gallery, New York, États-Unis, 2009
Real Photography Award, nomination, Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, Pays-Bas, 2008
Festival International de Mode et de Photographie à Hyères, sélection photographie, 2007
Terrains d'Entente, Rencontres d’Arles, France, 2007




Publications

Informations

& commande

Christophe Maout 
Sans titre , Le Printemps

2006

Informations techniques

Tirage argento-numérique Lambda sur papier satiné - édition limitée, certificat numéroté et signé par l'artiste.

Dimensions

40 x 31 cm, Édition de 100 250.00 €
 
Ajouter un cadre (choix de l'artiste - autre choix, nous contacter)  

Cadre bois blanc avec rehausse, verre X





Du même artiste

Christophe Maout


Du même curator

ART LIGUE, Printemps 2013