Linda Tuloup 

Sans Titre 

Sans Titre

À propos de l'artiste

Linda Tuloup, photographe française, travaille sur les notions d'intimité et d'identité. Elle réalise dernièrement, après ses portraits dans l'espace clos et feutré de la chambre, une série d'images intitulée Chimères, où elle explore, cette fois en extérieur (forêts, sous-bois, clairières), la nature de la femme. Les créatures qu'elle met en scène, mi-humaine, mi-animale, évoluent souvent dans de vastes paysages, avec lesquels elles entretiennent un rapport de complicité. Dans ces espaces vierges, elles sont à leur place, affranchies de toute contrainte, donnant libre cours à l'expression de leur for intérieur, révélant alors une force primitive oubliée.

Rencontre

Vous photographiez la femme dans un état de nature, le corps nu parmi les feuilles, les écorces et la mousse. Elle y apparaît toujours mi-humaine, mi-animale, comme en passe de se métamorphoser en faune. Comment naissent dans votre esprit ces mises en scène, à quel désir répondent-elles ?


Après avoir passé une année enfermée dans ma chambre à photographier des femmes nues, allongées sur un lit, dans la série "la chambre rose" il m'est apparu évident qu'il fallait sortir, aller dans la forêt, m'égarer, mettre en scène une réalité divine, féline et féminine.
 Un hymne au vagabondage en quelque sorte. A la nature. Notre nature.
 Ces mises en scène sont la mise en image de la force naturelle et instinctive que les femmes portent en elles.




Revenons sur cette image plus spécifiquement. Le masque ici n'est autre qu'un oiseau qui prend son envol, cachant le visage de la femme. Ses mains se fondent avec les ailes déployées de la colombe. Il y a un mouvement, une immédiateté, qui sont absents de vos autres images, la rendant presque bruyante au regard du reste de votre corpus. Quelles étaient les circonstances de cette prise de vue ? Comment l'avez-vous abordée ?


J'étais en pleine création sur la série "chimère", et j'ai eu envie d'expérimenter autre chose, que l'animal vivant devienne le masque. 
J'ai photographié l'instant où le modèle a lâché l'oiseau pour que la femme et l'animal se confondent, s'unissent.
 J'ai essayé de combiner le prévu et l'aléatoire. Giacometti, face à ses modèles, avait l'impression que "la tête devenait comme un nuage, vague et illimité"
. Trace éphémère de cet oiseau comme un médiateur entre le ciel et la terre.



Comment travaillez-vous avec votre modèle ? 



Ma recherche n'est pas séparée de ma vie. Et j'y mêle mes proches.
 J'ai volontairement voulu que ce soit le même corps qui revienne sous des formes différentes.
 Mon modèle est une amie. Je voulais que ce soit elle qui incarne cette "femme-animale".
 Notre relation de confiance, et notre intimité me permettent d'aborder mon travail avec beaucoup de liberté.
 Elle a une connaissance de mon univers, ce sont des moments si particuliers, surtout lorsqu'on aborde la nudité. Dans la nature.




Pourquoi avoir fait le choix constant de photographier avec le format carré du 6 x 6 et, pour ce travail, du noir et blanc ? 


Je travaille avec un Rolleiflex. Pour moi c'est un objet magique, un boîtier de mélancolie on pourrait dire.
 J'aime charger mon film, n'avoir que 12 vues, attendre, découvrir. 
Ma photographie est "humaine", et c'est une sensation que je n'ai pas avec le numérique. 
Le choix du noir et blanc accentue le côté irréel, car la vie est en couleur...

Édition limitée, numérotée et signée par l’artiste. 

Expositions et prix

Eros et nature, Chapelle Sainte-Anne, Arles, 2016
Turbine Art Fair, Erdmann Contemporary Gallery, Joannesburg, 2015
Désirs de femmes, Galerie Joseph Antonin, Les rencontres de la photographie, Arles, 2015
Je, tu, elles, Chapelle Sainte-Anne, Arles, 2015
Dreams to reality, Erdmann Contemporary Gallery, Cape Town, 2014
Et la tendresse, bordel, Galerie Obrose, Paris, 2014
De l'air, des bêtes, Paris, 2013
Figures, Mois de la photo, Paris, 2012
Nus et Paysages, Collection 02, Hôtel de Sauroy, Paris, 2012
La chambre rose, Collection 01, Galerie Frédéric Moisan, Paris, 2010
Du pays des songes, Megève, 2009

Publications

Informations

& commande

Linda Tuloup 
Sans Titre

2011

Informations techniques

Tirage fine art sur papier Hahnemühle William Turner - édition limitée, certificat numéroté et signé par l'artiste.

Dimensions

40 x 40 cm , Édition de 50 220.00 €
 
Ajouter un cadre (choix de l'artiste - autre choix, nous contacter)  

Caisse américaine bois blanc
X





Du même artiste

Linda Tuloup


Du même curator

ART LIGUE, Printemps 2013