Jérôme Albertini 

Woman study #1 

Woman study #1

À propos de l'artiste

Né, éduqué en France, nourri au sein de la société spectaculaire émergente, idéologie extrême d’inversion des valeurs avec laquelle il va lui falloir composer sans se diluer, Jérôme Albertini suit en autodidacte un parcours d’expérimentations artistiques qui le mène a s’expatrier aux États Unis en 1990. Il y apprend la photographie et son application en tant qu’outil de marketing de masse et de propagande du dogme de consommation dominant. S’ensuit une carrière de portraitiste dans « l’entertainment industry », et principalement dans le milieu du hip hop américain, qui aura son intérêt en son temps.
En 2008, conscient de cet état de dissonance cognitive qui le maintient néanmoins en éveil, il coupe tout contact avec le mercantilisme ambiant pour découvrir avec engouement la condition sociale du travailleur pauvre américain, devenant apprenti d’une « CSA organic farm ». Nous résumerons cette expérience en disant que la prise de conscience et l’étude des lois de la Nature qui régissent la vie pastorale lui permettent d’établir a nouveau ce courant intérieur de perception continu que sa vie passée avait en vain tentée d’occulter.
En 2011, il revisite son passé photographique pour expérimenter une dernière fois avec la photographie figurative en réalisant le projet, « la France comme elle va… », suivi en 2013 d’ «études du citoyen français en situation urbaine a Paris ».
En 2014, il se libère du medium photographique en démarrant un travail méthodique de Déconstruction de l’image.

Né, éduqué

Rencontre

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre démarche  de Déconstruction de l’image ?
Il s’agit :
1-d’entreprendre une démarche d’analyse visuelle postulant qu’une image n’est pas une référence stable
2-de questionner nos certitudes sur la capacité même de l’image à efficacement cerner la Réalité et
3- de dépasser la perception immédiate, sensorielle, limitative, manipulable de la Réalité pour en ouvrir les portes de la Perception augmentée.

En forçant l’entrée dans l’image, en exposant sa composition structurelle, en révélant sa matrice numérique invisible, j’engage un travail volontaire de déprogrammation, de démystification, de déconstruction de ma perception, qui me permet d’aller plus loin, au-delà des apparences visuelles, des conformismes culturelles, des illusions qui conditionnent mon discernement de la réalité, que je pense vérité……. je m’approprie l’image afin de pousser le spectateur a s’interroger sur sa perception propre et par extension, la portée politique de celle-ci.
Pour moi, en effet, dans un monde ou nous sommes déstabilisés, distrait du berceau à la tombe, qu’on le veuille ou non, notre capacité a retravailler l’image et le dialogue est la clef de l’équilibre psychique et politique.
 
Vos images prennent parfois un tour très abstrait. Quel a été votre processus de création pour ces œuvres ?
Je pars d’une photographie numérique que j’ai réalisée moi-même ou que je m’approprie en puisant dans cette gigantesque banque de sujets d’images à laquelle le computer me donne accès et je la manipule avec des logiciels de traitement d’images. Les images réagissant de manière aléatoire en fonction de leur composition lumineuse et colorimétrique, je ne sais jamais vraiment par avance ou tout cela me mène et je décide au fur et à mesure du processus de création. Des images m’apparaissent vite, d’autres prennent beaucoup plus de temps. Les logiciels ont aussi leur part d’auto créativité, je vous l’accorde, et donc l’élément de surprise est toujours présent. Heureusement.
Pour moi une image est réussie quand elle est aussi figurativement intéressante de loin qu’elle l’est abstractivement de prêt.
Mes sujets de prédilection sont les scènes d’émeutes populaires antigouvernementales, éternels symboles de notre quête d’Utopie et les scènes d’immanence de la Nature.
Et je me laisse toute latitude de me détendre l’esprit sur d’autre sujets moins ‘concernés’, comme c’est le cas ici. Stoïque je suis et reste, mais à une certaine légèreté, épisodiquement atteinte, j’aspire nèanmoins.

Quel a été le déclencheur de ce travail de déconstruction ?
Après m’être laissé m’égarer si longtemps dans les méandres égocentriques de la propagande de l’image figurative que commande la société du spectacle pour perdurer, j’en reviens aux fondamentaux, aux études sociologiques, aux études cognitives, aux sciences du comportement de l’homme que je suis finalement, simplement. J’en retourne au besoin primordial d’appréhender le monde d’une manière plus subtile, d’ouvrir par moi même ces fameuses portes de la Perception que je maintiens plus ou moins inconsciemment fermées.
La crise systémique de 2008 vécue depuis les USA m’a aussi ouvert les yeux à la nécessité impérieuse de bien comprendre la structure précise de la Réalité dans laquelle j’évoluais, dans laquelle je suis supposé m’émanciper. S’en est suivi une soif intense du plus de Vérité possible. En quelque sorte, sans vraiment y prendre garde, je choisissais la pilule rouge à avaler..

Enfin, et simultanément, mes « études d’image » peuvent constituer un compendium encyclopédique de la culture visuelle contemporaine qui engagera aussi l’histoire du passage de l’Art figuratif à l’Art abstrait en Photographie.

Édition limitée - certificat numéroté et signé par l’artiste.


Expositions et prix

Construction-Deconstruction, group show, Acte 2 galerie, Paris 2014.
Hip Hop Immortals, group show, Proud Camden Gallery, London, 2003
The Art of Photography, group show, Le Book, New York, 1999.
Young Guns, group show, Art Directors Club, New York, 1998.
Yves Saint Laurent, 40 years of création, group show, International Festival of Fashion Photography, New York,1997.




Publications

Hip hop immortals,The Remix, 2003, Thunder’s Mouth press.
Hip Hop Immortals,Volume One, 2002 Immortals Brand.
Yves Saint laurent,40 years of création, 1998 DAP.
Visionaire fashion’s 2000
Louis Vuitton Monogram Visionaire, numéro 18, 1996 edition.




Liens

Informations

& commande

Jérôme Albertini 
Woman study #1

2014

Informations techniques

Tirage fine art sur papier Hahnemühle Silk Baryta - édition limitée, certificat numéroté et signé par l'artiste. Encadrement sur demande.

Dimensions

51 x 80 cm, Édition de 50 400.00 €




Du même artiste

Jérôme Albertini


Du même curator

HOLI MAY