Antoine Le Grand 

Œil pour oeil 

Œil pour oeil

À propos de l'artiste

Il ne photographie pas les « vedettes » mais des cinéastes, acteurs et actrices, musiciens, architectes, artistes, dont il apprécie l’œuvre. C’est le désir de la rencontre qui guide son acceptation de la commande. You name it, il a photographié quasi tous les grands de notre monumental paysage artistique contemporain : de Alain Bashung à Al Pacino, de Charlotte Rampling à Christopher Walken. Dans ses compositions, parce que, quand bien même l’image est réalisée entre les quatre murs d’une chambre d’hôtel rococo et entre les commentaires de deux attachées de presse, Antoine Le Grand compose, il s’amuse de l’intrusion de miroirs ou de fumée pour théâtraliser la scène. Le photographe nous livre ici une de ses compositions personnelles, où comme dans ses portraits, il se plaît au jeu d’ombres, de lumières, et de reflets. 

Rencontre

Avant d’aborder cette image, revenons rapidement sur votre travail de portraitiste. Comment cela a-t-il commencé ?
J’ai commencé à travailler pour les magazines et des quotidiens, Libé, Le Monde. Cela a rapidement fait boule de neige, une parution en amenant une autre, sans réel besoin de démarcher.
Et puis la musique s’est intéressée à mon travail, j’ai commencé à faire des pochettes de disque. C’était l’époque d’Actuel et de Radio Nova, il y avait une bonne « équipe » qui gravitait autour de ces antennes de création. C’était aussi les débuts du rap, tout ça était en pleine explosion. J’habitais à la Bastille, j’étais voisin d’Actuel, je vivais presque comme dans une fourmilière. L’époque était vraiment excitante.

Que diriez-vous de la liberté de création du portraitiste à l’époque, dans ce contexte de commande ?
Les acteurs et les chanteurs n’étaient pas sponsorisés, il n’y avait donc pas la pression qui existe aujourd’hui. Dernièrement j’ai shooté un acteur assez connu, il y avait derrière moi 4 attachés de presse d’une marque de parfum, aucun attaché de presse de cinéma qui aurait représenté le film dans lequel il figurait. Cette dérive-là peut être pesante, parce qu’elle camoufle l’artiste et son propos derrière un marketing oppressant.
J’ai eu la chance de commencer à travailler quand ce qui primait était la relation de confiance entre le photographe – le commanditaire, qu’il soit maison de disque ou magazine – et l’artiste. On t’appelait pour la qualité de ton travail, ton savoir-faire, et les pirouettes de singe que tu pouvais sortir de ton chapeau. Plus on était fou et plus on t’en demandait.

Il y a une théâtralité dans vos images. Comment définiriez-vous votre manière ?
J’utilise certains éléments de manière récurrente, les miroirs, la fumée, les jeux d’ombre. Cela constitue le pourtour, le cadre, puis au centre de cela, ce qui va faire que la photographie se met en place ou non, c’est la musique qui va s’installer, le tempo des vibrations, des silences, une partition que l'on improvise à deux, le sujet et moi.

Et cet Œil, quel est-il ?
C’est une image que j’ai faite pour moi, qui ressort de la même veine surréaliste.
Je suis très impressionné par certaines images, celles du Chien Andalou de Buñuel, entre autres. J’aime insuffler, fabriquer de l’étrange dans l’image, même si je ne cultive pas l’étrange pour moi-même.

Édition limitée, numérotée et signée par l’artiste. 

Expositions et prix

Exposition "Paris émoi", Les petits polas et Antoine Le Grand, La bellevilloise, Paris, janvier 2015

Publications

Informations

& commande

Antoine Le Grand 
Œil pour oeil

1999

Informations techniques

Tirage fine art sur papier Ilford Gallery Gold Fiber Silk - édition limitée, certificat numéroté et signé par l'artiste.

Dimensions

33 x 50 cm, Édition de 50 200.00 €
 
Ajouter un cadre (choix de l'artiste - autre choix, nous contacter)  

Cadre bois noir avec rehausse, verre X





Du même artiste

Antoine Le Grand


Du même curator

Newcomers 2014