Yvonne Lacet 

Playground 

Playground

À propos de l'artiste

Yvonne Lacet revisite un sujet bien connu de l'histoire de l'art et de la photographie : notre environnement urbain. Utilisant le papier, les ciseaux et la colle, elle réduit la ville à ses fondamentaux : des volumes géométriques simples, ordonnés suivant un maillage dense. Une ville générique, qui, tout en feuilles de carton pliées, expose le paradoxe de sa fragilité. Une dualité que ces deux images expriment ici : Incognito synthétise la ville dressant fièrement ses édifices quand Playground met en scène son pendant, leur chute.

Rencontre

Pourriez-vous nous parler de ces deux images, "Incognito" et "Playground" ? Sont-elles des visions de la ville ?
Dans mon travail, je cherche souvent à élaborer des images archétypales des espaces urbains modernes. "Incognito" procède de cette recherche.
Un autre pan de mon travail, non sans relation, traite de la construction et de la destruction de ces paysages urbains, de la vitesse à laquelle les changements y interviennent. "Playground" traite de ces constructions qui constamment changent, grandissent, diminuent ; des paysages délaissés qui lentement tombent en ruines.
 
Le papier est le matériau central de votre travail. Vous coupez, collez, assemblez, parfois même, déchirez. Quelles sont les potentialités expressives du papier ?
J'aime travailler avec le papier et le carton en raison de la simplicité de ces matériaux. Une feuille blanche de papier tient presque lieu en elle-même de symbole pour le vide ou le néant. Je ne pense pas que les possibilités soient infinies, au contraire, et c'est précisément l'intérêt du papier, il impose des frontières strictes à mes projets. C'est comme un ensemble de cubes. Vous pouvez choisir certaines formes, couleurs et structures. J'aime cultiver ces limites, les souligner, tout en essayant de provoquer des associations complexes.
 
Un regard attentif perçoit dans vos images des imperfections qui ponctuent la surface de ces structures de papier. Préserver cet aspect brut est-il important pour vous ?
Oui c'est très important. Au premier regard, l'image apparaît très propre, sans imperfections, presque parfaite, comme une image générée par ordinateur. Et ce n'est qu'un examen plus approfondi qui permet de révéler le côté brut des objets photographiés, un aspect imparfait qui donne une vie, une personnalité à l'apparent vide initial. Les jointures, coupes, points de colle sont autant d'aspects qui contribuent à rappeler l'expérience que procure la ville : une scène rapidement construite, qui ne vise pas la pérennité.

Édition limitée, numérotée et signée par l’artiste.

Expositions et prix

Still/Life, Foam, Amsterdam, Pays-Bas, 2011
Double Dutch, Victory Gallery, Portland, États-Unis, 2011
Foam Pop-in, Amsterdam, Pays-Bas, 2011
The Collector's Guide to New Art Photography, Chelsea Art Museum, New York, États-Unis, 2011
Movements of a City, Galerie Bart, Amsterdam, Pays-Bas, 2010
Hyeres International Fashion and Photography Festival, Hyères, France, 2010
31 Women in Art Photography, Affirmation Arts, New York, États-Unis, 2010
Bouw in Beeld Prijs, Cobra Museum, Amstelveen, Pays-Bas, 2009

Publications

The Sun Session, The Session, 2011
Met Stip, Fonds BKVB, 2010 (catalogue)
Festival International de Mode et de Photographie à Hyères, 2010 (catalogue)
ARCAM Nieuws, ARCAM, 2009

Informations

& commande

Yvonne Lacet 
Playground

2011

Informations techniques

Tirage argento-numérique Lambda sur papier satiné - édition limitée, certificat numéroté et signé par l'artiste.

Dimensions

40 x 49 cm, Édition de 100 250.00 €
 
Ajouter un cadre (choix de l'artiste - autre choix, nous contacter)  

Diasec mat sur AluX





Du même artiste

Yvonne Lacet


Du même curator