Lydia Anne McCarthy 

Untitled, Still Life 

Untitled

À propos de l'artiste

Qu'elle pratique le portrait, le paysage ou la nature morte, Lydia McCarthy, américaine établie en Suède, investit toutes les potentialités de la photographie pour remettre en cause et subvertir notre perception de la réalité. Quel autre médium, sinon la photo, tient à la fois "de la magie et de la science" ? Chez McCarthy, l'exploration artistique revêt un caractère quasi-mystique. Avec pour seul outil l'appareil photo argentique, elle étudie la mécanique de l'instrument et le pouvoir de la lumière, et fait ainsi advenir dans ses photographies une infra-réalité : le mystère latent de notre quotidien, masqué par trop d'habitude.

Rencontre

Ces deux photographies font partie de votre série Still Life. Quel fil rouge relie les images de cette série ?
Still Life est un travail que j’ai réalisé en réaction à la série Refraction que je menais parallèlement. Refraction a été réalisée avec un appareil que j’ai modifié en utilisant une feuille lenticulaire à la place de l’objectif. Still Life répondait à la volonté de révéler ce qui m’a mené à créer cet appareil. J’ai reproduit les expériences que j’avais menées avec des objectifs, des prismes, des miroirs et autres appareils optiques. L’une après l’autre, ces images constituent une sorte de documentation des jeux que je pratiquais dans mon arrière-cour, créant des illusions d’espace, et insérant ma présence dans le cadre, parfois de manière subtile, d’autres fois plus ostensiblement.
 
Dans cette série et dans vos travaux plus récents, vous utilisez des miroirs et jouez des effets de réflexion, diffraction, dupliquant le cadre dans le cadre et créant une confusion. Parlez-nous de l’image sélectionnée ici.
J’utilise le miroir pour manipuler l’espace, afin de brouiller ce qui se passe au sein de l’image. Dans mon travail, j’aime explorer la notion de perception et j’essaie de donner une vision du monde que seul l’appareil photographique permet. Dans cette image, le miroir est camouflé par l’herbe qui l’entoure. J’ai ensuite utilisé un prisme pour créer un arc-en-ciel hors du cadre et faire en sorte que celui-ci se reflète sur le miroir, pour renvoyer le spectateur à un au-delà du cadre. La très grande profondeur de champ vient aplatir l’espace, et le cadrage serré ne laisse plus aucun indice sur ce qui est réellement représenté.
 
L’image des bananes a tous les atours de la photographie de produit : bien éclairée, révélant chaque détail de l’objet, à l’exception près que ce qui est montré ici n’est pas la perfection de l’objet, mais son caractère éphémère.
De nombreuses photos dans Still Life se réfèrent explicitement à la photographie de produit. J’ai utilisé à cet effet un appareil grand format, le 4 x 5, pour obtenir des images très saturées et extrêmement précises. Je les voulais à l’opposé de celles de Refraction, qui étaient souvent floues et dont le résultat était difficile à contrôler.
L’image des bananes est arrivée par hasard. J’étais à la recherche de fruits et de légumes à photographier, et j’ai sorti ces vieilles bananes de mon frigo. Je les avais laissées négligemment au soleil pendant que je travaillais sur d’autres images, et quand je me suis retournée, leur peau s’était couverte de ce beau givre blanc. L’ambiguïté sur ce qui leur est arrivé et la manière solennelle dont je les ai photographiées en font soudain des objets à la fois grotesques et désirables.

Édition limitée, numérotée et signée par l’artiste. 

Expositions et prix

Artificial Paradises, Frantispiece Hudson, Coxsackie, NY, 2015
I will be the void,
 Twin Kittens Gallery, Atlanta, GA, 2014
Lydia Anne McCarthy Laatikkomo
, Jyvaskyla, Finlande, 2013
Black Mountain, Biggin Gallery, Auburn University, Auburn, AL, 2013
In a Northern Country Sveriges lantbruksuniversitet, Umea, Suède, 2012
Svensk Still Life (billboards), North Carolina Museum of Art, Raleigh, NC, 2012
Refraction, Daniel Cooney Fine Art: New York, 2011
American-Scandinavian Foundation Fellowship: Umea, Suède, 2011
Shadows and Reflections, ACRE Gallery: Chicago, 2011
PDN’s 30, Nominée, 2011
Hey, Hot Shot!, Mention Honorable, 2011
New Artists, Winter 2011 Culture Hall: culturehall.com 2011
Prix Conscientious Portfolio, 2011

Publications

After Murakami, Photo Booth, The New Yorker, 2011
24 Hour Portfolio, Dossier, Issue #8, 2011
Frames From Fiction: Beached, Photo Booth, The New Yorker, 2011
Flash Forward, Magenta Foundation, 2010
Bruit de fond, JSBJ, 2010
A Conversation with CPC Winner Lydia Anne McCarthy, Conscientious, 2010
Snow Blind, Landscape Stories, Issue #2, 2010

Informations

& commande

Lydia Anne McCarthy 
Untitled, Still Life

2010

Informations techniques

Tirage sur papier Hahnemühle FineArt Baryta - édition limitée, certificat numéroté et signé par l'artiste.

Dimensions

30 x 37,5 cm, Édition de 100 180.00 €
 
Ajouter un cadre (choix de l'artiste - autre choix, nous contacter)  

Cadre bois blanc avec rehausse, verre X





Du même artiste

Lydia Anne McCarthy


Du même curator